Le second policier chargé de protéger Charb était parti « faire une course » au moment de l’attaque

Sept semaines après la fusillade, les interrogations sur le dispositif de protection rapprochée du directeur de la publication de Charlie Hebdo demeurent.

7776741802_le-dessinateur-charb-est-decede-lors-de-l-attaque-de-la-redaction-de-charlie-hebdo-par-deux-terroristes-le-7-janvier-2015-642x427

Alors qu’un nouveau numéro de Charlie Hebdo arrive en kiosque ce mercredi 25 février, les interrogations demeurent autour de la protection de la rédaction qui a été décimée le 7 janvier dernier. Notamment celle du directeur de la publication, le dessinateur Stéphane Charbonnier. Charb faisait l’objet de menaces de mort régulières et était sous protection rapprochée depuis plusieurs mois. Mais selon nos information, le dispositif de sécurité autour du dessinateur était défaillant et insuffisant le jour de la fusillade.

Un seul policier à ses côtés pendant l’attaque

En théorie, ce jour-là, comme tous les autres d’ailleurs, Charb est escorté par deux policiers du Service de la protection des personnalités (SDLP). Mais au moment de l’arrivée des frères Kouachi dans les locaux de l’hebdomadaire satirique, dans le XIe arrondissement de Paris, il n’y en a plus qu’un. Franck Brinsolaro meurt sous les balles des terroristes en l’absence de son binôme. Ce dernier serait allé faire une course. Une faille, voire une faute, sur laquelle doit désormais se prononcer la hiérarchie policière.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s