LE MAROC MOBILISE 1,2 MILLIARD DE DIRHAMS POUR LA GUERRE CONTRE LA DROGUE

Quelques jours après le rapport de l’Organe international de contrôle des stupéfiants (OICS) qui a considéré le Maroc comme l’un des premiers producteurs de résine de cannabis au monde, le royaume présente à Vienne un bilan de sa lutte sans répit contre la drogue.

cannabis

Dans son numéro de ce vendredi 13 mars, le quotidien Akhbar Al Youam rapporte que l’ambassadeur du Maroc à Vienne, Ali El Mhamedi, a  présenté les efforts que le Maroc déploie pour lutter contre la drogue devant la 58ème session spéciale de la Commission des stupéfiants relevant de l’Office des Nations-Unis contre la drogue et le crime (ONUDC).

 

Le diplomate marocain a fait endosser aux pays qui dépénalisent le cannabis la responsabilité de contribuer à une hausse de la demande sur ce produit toxique. «Un relâchement inconsidéré de la part de certains Etats dans un domaine aussi sensible peut déboucher sur des résultats aux effets imprévisibles , aux antipodes des objectifs désirés», a-t-il mis en garde, tout en attirant l’attention sur le caractère transnational et évolutif du fléau , ainsi que sur la dégradation de la situation sécuritaire dans les pays sahélo-sahariens. Il a insisté sur l’urgence d’adopter des approches concomitantes aux plans national, régional et international qui prennent en ligne de compte les nouveaux modes opératoires des trafiquants et les réalités complexes générées par le processus de lutte contre le fléau.

Dans son intervention, El Mhamedi a souligné que le Maroc est parvenu à réduire de 65% la superficie des cultures de cannabis, précisant que cette stratégie globale de lutte anti-drogue a nécessité une enveloppe budgétaire de plus de 1,2 milliard de dirhams allouée aux  Communes rurales touchées où les agriculteurs s’adonnaient à ce genre de culture. En outre, les autorités marocaines ont durant l’année 2014 réussi à saisir pas moins de 155 tonnes de résine de cannabis, 221 tonnes d’herbes de cannabis, 632 Kg de cocaïne, 7,3 Kg d’héroïne et plus de 300.000 unités de produits hallucinogènes.

« Un effort considérable qui confirme, si besoin est, l’engagement résolu du royaume dans sa lutte acharnée contre la production, le trafic et la consommation de la drogue et ce, dans le respect des exigences de l’Etat de droit et conformément aux normes édictées par l’ONUDC », a affirmé Ali El Mhamedi, cité par Akhbar Al Yaoum. Selon lui, cette coopération est aujourd’hui «plus que jamais nécessaire, surtout en matière d’entraide judiciaire, d’extradition et de renseignements pour pouvoir neutraliser les réseaux des narco-trafiquants qui disposent de moyens logistiques impressionnants et de plus en plus sophistiqués», a-t-il plaidé, jugeant aussi nécessaire de consolider le cadre juridique régissant la coopération internationale en la matière.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s