MOHAMED BOUSSAID: « LA SITUATION FINANCIÈRE DU ROYAUME S’AMÉLIORE »

Entre banques participatives, baisse des prix du pétrole, reprise économique, décompensation et fiscalité, le ministre de l’Economie et des Finances, Mohamed Boussaid s’est expliqué.

logotypes_mohamed_boussaid_hinfo_-c-h24info_07112013152312

Les banques participatives c’est pour très bientôt, et c’est le ministre de l’Economie et des Finances, Mohamed Boussaid, qui nous le dit dans une interview accordée au quotidien Aujourd’hui le Maroc de ce lundi 23 mars. En effet, une circulaire avec les conditions à remplir pour l’obtention d’un agrément de banque participative devrait être mise à la disposition des banques dans les prochains jours. Au final, c’est la Banque centrale qui se prononcera par rapport à ces demandes. Concernant la baisse des prix du pétrole, le ministre a rappelé qu’elle était bénéfique pour les citoyens et non pour les finances publiques. Au contraire, les caisses de l’Etat accusent un léger manque à gagner relatif à la TVA d’importation. Les dernières augmentations des prix à la pompe sont dues à la hausse du cours du dollar. Le ministre estime que si les prix du pétrole continuent sur cette lancée, la Maroc pourra gagner jusqu’à 0,3 point de croissance cette année. Il a tenu à rassurer, par ailleurs, que le partenariat qui nous lie au CCG ne sera pas touché suite à cette baisse du cours des barils. Il donne, dans ce sens, l’exemple de Wessal Capital qui a maintenu son rythme d’investissements et de la dernière visite du prince héritier d’Abou Dabi qui a donné lieu à plusieurs conventions.

Les économies que l’Etat a pu réaliser après avoir levé les subventions de la Caisse de compensation sur quelques produits ont été réorientées pour alléger le déficit budgétaire. D’autre part, le ministre assure que l’aide directe pour les veuves démunies ayant des enfants à charge est en bonne voie. Le montant a été fixé à 350 DH par enfant avec comme plafond 1050 DH, autrement dit  trois enfants. C’est désormais la CDG qui s’occupera de ce dossier via sa filiale, la CNRA. Par rapport aux réformes de la fiscalité et suite aux recommandations des Assises, Mohamed Boussaid se réjouit que l’Etat ait, enfin, décidé de rembourser le butoir qui s’est accumulé ces dernières années. Le remboursement bénéficiera en premier lieu aux PME et devra coûter à l’Etat 7 milliards de dirhams sur les trois prochaines années.

Selon le ministre de l’Economie et des Finances, si notre économie a échappé à la crise de 2008, c’est grâce à la consommation et à l’investissement domestiques. Une relance interne que le ministre explique par une politique de l’Etat qui a voulu soutenir le pouvoir d’achat et la capacité d’investissement des entreprises. Cependant, cette situation grève les finances publiques et des stratégies ont été mises en place pour réguler la situation. Pour conclure, Boussaid estime que la situation économique et financière du royaume a repris du poil de la bête en ce début d’année. Selon lui, c’est grâce à la décompensation, à une bonne campagne agricole et à la reprise économique chez nos partenaires européens.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s