Un trafiquant de drogue détourne une mineure et la viole

Perturbée, elle ne sait à quel saint se vouer. Sa mère la regarde, lui demande ce qui lui est arrivé. Elle garde le silence. Sa mère s’approche d’elle pour la réconforter…

timthumb

Seulement, elle fond en larmes et n’arrive pas à les tenir. Sa mère la console, lui demande ce qui lui arrive. Mais en vain. Enfin, sa mère décide de l’emmener chez un médecin. Chez ce dernier, la mère reste dans la salle d’attente le temps que sa fille soit examinée.

Quelques instants plus tard, le médecin lui demande de se calmer parce qu’il y avait une mauvaise nouvelle pour elle : «Ta fille a été violée». N’en croyant pas ses oreilles, la mère reste clouée sur sa chaise, sans piper le moindre mot. Le certificat médical en main, la mère décide illico presto d’aller porter plainte.

Nous sommes au commissariat du district de Moulay Rachid, à Casablanca. La fille de seize ans qui poursuit ses études en deuxième année de baccalauréat se tient devant le chef de la brigade criminelle qui se chargera de son affaire et ce en présence de sa mère. Il lui demande ce qui lui est arrivé. La fille qui pleurniche commence à relater son histoire.

«Il me racolait à chaque fois que je prenais le chemin à destination du lycée», commence-t-elle ses déclarations. En fait, elle parle d’un trafiquant de drogue et repris de justice très violent que tout le monde craint.

«Il m’a obligée à entretenir une relation amoureuse avec lui», ajoute-t-elle les larmes aux yeux.
Il la menaçait de lui balafrer les joues si elle refusait d’être sa copine. Craignant d’être poignardée, elle lui a cédé. Sous la menace, il l’a même conduite la première fois chez lui pour la violer. Un viol qui s’est répété à maintes reprises au point qui l’a dépucelée. C’est à ce moment qu’elle s’est retrouvée jetée dans un gouffre sans fin.

Pour épingler le malfrat, les policiers ont décidé de lui tendre un piège. L’idée était qu’un policier se fasse passer par un toxicomane. Profitant du numéro de téléphone que lui a donné la victime, le policier appelle le trafiquant de drogue pour lui fournir une quantité de haschich. Le marché a été conclu. Et le policier et le trafiquant de drogue se rencontrent. Quand le second a remis du haschich au premier, ce dernier lui a menotté les mains.

Au commissariat de police, il crache le morceau avant d’être traduit devant le parquet général près la Cour d’appel poursuivi pour détournement d’une mineure, son viol tout en la dépucelant et trafic de drogue avec récidive.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s