L’étoile mystérieuse de 1670 enfin comprise

L’histoire rapporte que c’est un moine français, un chartreux, qui la signale le premier le 20 juin 1670. Quelques semaines plus tard, à Dantzig (aujourd’hui Gdansk en Pologne), le célèbre astronome Johannes Hevelius la découvre à son tour et indique :

eso1511a-1024x1011

« Nova sub capite Cygni », c’est-à-dire une nouvelle étoile sous la tête du Cygne. Au cours des semaines qui suivent, l’astre nouveau s’étiole doucement jusqu’à n’être plus visible à l’œil nu. Il se « rallume » au printemps 1671, où il est suivi à la fois par Hevelius et, en France, par Jean-Dominique Cassini, le premier directeur de l’Observatoire de Paris. A la fin du mois d’août, la « nova » s’éteint de nouveau. Cette étoile mystérieuse, à rebonds, fait une ultime et timide réapparition au printemps 1672 et entre dans l’histoire de l’astronomie sous le nom de Nova Vul 1670, le « Vul » étant l’abréviation de Vulpecula, nom latin de la constellation du Petit Renard qu’Hevelius a dessinée, juste sous le Cygne.

En astronomie, le nom de « nova » est ambigu car il désigne à la fois un constat optique, un nouveau point brillant fixe apparu au firmament, et un mécanisme physique expliquant pourquoi un astre jusque là passé inaperçu devient tout à coup visible. Pour schématiser, il s’agit d’une histoire explosive de vol de matière. Imaginez un couple d’étoiles. La première est un ancien soleil qui a fini sa vie et se réduit à ce qu’on appelle une naine blanche, une sorte de cadavre stellaire dense. La seconde étoile, elle, s’apprête à mourir et vient de passer au stade de géante rouge, que connaîtra notre Soleil dans quelques milliards d’années. Ayant enflé démesurément, son enveloppe extérieure s’est approchée de la naine blanche. Du fait de cette proximité, la masse de celle-ci va aspirer une partie de la matière (de l’hydrogène) de sa voisine soufflée. En s’accumulant à la surface de la naine blanche, l’hydrogène va monter en température et, lorsque seront atteints les 10 millions de degrés, les réactions de fusion thermonucléaire s’enclencheront. Tout à coup une immense explosion se produira à la surface de la naine blanche, laquelle verra sa luminosité multipliée. La nova physique devient dès lors une nova optique.

Pendant longtemps on a expliqué l’apparition de l’étoile nouvelle de 1670 à l’aide de ce mécanisme. Jusqu’à ce qu’on s’aperçoive que les pièces ne collaient pas avec le schéma. D’une part, les novae ne fonctionnent pas avec des rebonds rapprochés. Il faut en général des décennies voire des millénaires pour que la naine blanche vole à sa comparse assez de matériel pour déclencher un nouveau feu d’artifice. Ensuite, en scrutant la zone décrite par les astronomes du XVIIIe siècle, on ne trouvait rien. Dans les années 1980, on finit certes par y détecter une sorte de nébuleuse mais aucune source stellaire, pas même un cadavre. D’où la question : qu’est-ce qui avait bien pu donner naissance à la nova de 1670 ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s