Profession : chasseur d’exoplanètes

L’astrophysicien français Jean Schneider s’est mis en quête de ces astres potentiellement habitables à une époque où personne n’y croyait. Grâce à lui et à une poignée de pionniers, les découvertes tombent aujourd’hui comme s’il en pleuvait

13809830

Son cheveu est blanc, long et flottant, son œil, espiègle et curieux comme celui d’un gamin, façon Albert Einstein, sans la langue malicieusement tirée. Et son rêve d’enfant n’a pas pris une ride :

Quand j’étais jeune, je regardais les étoiles et je me demandais s’il y avait du monde là-bas. »

A 74 printemps, Jean Schneider attend toujours avec impatience « le jour où nous recevrons une photo de leur monde envoyée par des extraterrestres ».

Jean Schneider : sans doute ce nom ne vous dit-il rien, mais cet homme discret est une figure de tout premier plan de la communauté scientifique. Un pionnier comptant parmi cette poignée d’irréductibles chasseurs de rêve à s’être lancés dans l’improbable quête des exoplanètes, ces astres potentiellement habitables, situés hors de notre système solaire, parfois à « seulement » quelques années-lumière de chez nous.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s