Seddiki aux jeunes : Soyez autonomes !

Le ministère de l’emploi et l’Anapec lancent la Semaine de l’emploi.timthumb (1)

«La culture de la dépendance est révolue. Nous sommes dans une société de compétence qui finira par régner au lieu de manifester devant le Parlement. On n’en peut plus !». De par ces propos stimulants, Abdeslam Seddiki désirait, lundi à Kénitra, inciter les participants au lancement de la Semaine emploi pour l’étudiant à inculquer aux apprenants au cycle supérieur de compter sur eux-mêmes.

Le ministre de l’emploi et des affaires sociales, qui, tantôt, donnait lecture de son allocution, tantôt improvisait, a saisi cet événement, initié par l’Anapec en partenariat avec l’université Ibn Tofail, pour appeler les hommes d’affaires à s’ouvrir sur les hauts lieux du savoir. «Les hommes d’affaires sont censés être partenaires de l’université et y donner des conférences.

C’est un moyen susceptible d’adapter la formation aux besoins du marché de l’emploi», a suggéré M. Seddiki qui n’a pas manqué de mettre l’accent sur les exigences des entreprises quant à l’emploi des étudiants. Outre ce lancement à Kénitra, l’événement se tiendra dans d’autres universités pour faire escale, in fine, à Marrakech vendredi prochain. Cette cérémonie a également été marquée par l’inauguration d’un espace emploi à Ibn Tofail outre les espaces ouverts aux Universités Hassan II à Casablanca et Mohammed V à Rabat.

«Nous avons demandé la création d’autres espaces dans les plus brefs délais», a précisé le DG de l’ANAPEC qui a annoncé que l’agence envisage de lancer une stratégie cross-canal dans le cadre de son plan durable. Une démarche déjà annoncée par son prédécesseur, Hafid Kamal. A propos de l’espace inauguré à l’Université de Kénitra, Anass Doukkali a indiqué qu’«il permettra, entre autres, de prendre connaissance des secteurs prometteurs dans la région du Gharb regorgeant d’investissements».

L’OFPPT n’est pas en reste. Larbi Bencheikh, qui était également de la partie, a, à son tour, rappelé les efforts déployés par l’Office, qu’il chapeaute, au Gharb. «L’OFPPT dispose de 18 instituts permettant de former 16.000 jeunes en plusieurs spécialités. Le but étant d’accompagner le développement socio-économique de la région considérée deuxième en opportunités d’emploi», a détaillé M. Bencheikh. Selon l’interlocuteur, le taux d’intégration oscille entre 75 et 100%. Quant à la formation dispensée par l’OFPPT au profit de la main-d’œuvre, entre autres, elle touche entre 80 et 85% pour accompagner les entreprises. Et ce n’est pas tout. L’Office envisage de créer 4 établissements dans la région.

Le premier sera dédié au transport, le deuxième à l’industrie alimentaire et le troisième aux industries en général. Quant au quatrième, qui sera édifié à Souk Larbaâ, comprendra, selon M. Bencheikh, 4.000 nouveaux sièges pédagogiques. A propos de Souk Larbaâ, Zineb El Adaoui, wali de la région, qui a considéré que l’espace emploi à l’université Ibn Tofail est l’un des mécanismes pour un partenariat durable, a appelé l’Anapec à y ouvrir une branche.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s