QUAND RABAT TACLE ALGER SUR LE DOSSIER MALIEN

Sortie à charge peu habituelle de la diplomatie marocaine contre Alger, pour son rôle interlope dans la crise malienne. L’«opportunisme» avec lequel le régime algérien traite le dossier malien est, pour une fois, ouvertement dénoncé.

azawad

«Après une dynamique prometteuse, sous la houlette de la CEDEAO, le dossier malien est désormais traité de manière opportuniste, par des parties directement intéressées, et loin de son contexte légal et régional, prôné par les Nations-Unies», indique un communiqué du ministère des Affaires étrangères et de la coopération, diffusé ce vendredi 3 avril.
L’Algérie n’est certes pas expressément citée, mais son rôle interlope dans l’enlisement du dossier malien n’est un secret pour personne. Plus d’un mois après le pseudo-«Accord d’Alger», signé le 27 février 2015, et claironné sur tous les toits par le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, le dossier malien fait toujours du surplace. Et pour cause. «La solution à la crise malienne ne saurait être obtenue, à coups de menaces, de manœuvres d’intimidation ou de chantage, surtout de la part de parties qui n’ont aucune légitimité pour le faire et qui ont toujours agi pour la déstabilisation de la région», souligne le communiqué du ministère des Affaires étrangères et de la coopération, en enfonçant le clou : Le Mali ne peut continuer à être traité comme une «arrière-cour privée» ou un «terrain d’expérimentation».
Voilà, la messe est dite! Paraît-il, il va falloir en penser quelque chose. Or, rien. A part, et c’est nouveau, ce changement de ton remarqué et remarquable dans la diplomatie marocaine. Pour le reste, Rabat a simplement dit haut ce que tout le monde pense tout bas. Parlons clair, parlons vrai! Dans la crise malienne, pour ne parler que d’elle, Alger est une partie du problème malien et, de ce fait, ne saurait être partie prenante de la solution escomptée à une crise qui a causé autant de drames inutiles au peuple malien frère.

Alger, vue par les Maliens eux-mêmes
Dans un réquisitoire caustique contre les agissements algériens, intitulé «L’Algérie, ce voisin qui nous veut du mal» et publié, récemment, au journal malien «L’Aube», une dirigeante au Parti démocratique économique et social (PDES), Fatoumata Sako, a estimé, à juste titre, qu’Alger était «le premier ennemi de notre pays». «La désillusion est, pour nous, si terrible qu’elle intervient au bout d’une course où tous les dirigeants maliens ont eu à cœur de ménager le délicat et ombrageux voisin, le plus souvent au mépris de notre sens de l’orgueil», s’est-elle indignée, en rappelant que «le régime du général Moussa Traoré a poussé jusqu’à la caricature cette démarche de subordination à l’Algérie, avec la reconnaissance en 1984 de la fantomatique RASD sous la pression de notre puissant voisin». Un jeu de polichinelle auquel, trente ans après, le régime boumédinéiste, dont le président Abdelaziz Bouteflika est le fidèle héritier, continue, en maître-chanteur, de se livrer, sans se soucier le moins du monde de la stabilité d’une région devenue, de ce fait, une véritable poudrière : essaimage des organisations terroristes, profusion des trafiquants de tous bords (drogue, cigarettes frelatées, voitures volées) et, last but not least, cette persistance algérienne quarantenaire à bloquer toute issue au conflit artificiel autour du Sahara marocain.
Jusqu’où Alger continuera-t-elle à jouer avec le feu ?

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s