AUDITION MARATHONIENNE DU MAIRE D’OUJDA SUR FOND DE DÉTOURNEMENT

Les choses sérieuses commencent dans l’affaire de l’actuel et l’ancien maires d’Oujda. Omar Hjira et Lakhder Haddouch ont été auditionnés six heures durant par le juge d’instruction près la Chambre criminelle de Fès, pour « détournement et dilapidation de deniers publics ».

omar-hjira

Le juge d’instruction près la Chambre criminelle de Fès a auditionné, jeudi 9 avril, l’istiqlalien Omar Hjira, maire de la ville d’Oujda ainsi que son prédécesseur Lakhder Haddouch du Parti Authenticité et Modernité (PAM), trois promoteurs dont un parlementaire et, en tant que témoins, des cadres de la division technique de la municipalité. L’audition marathonienne de six heures fait partie de l’enquête approfondie sur des projets d’aménagement urbain de la capitale de l’Oriental sur la période allant de 2006 à 2010 ayant fait l’objet d’un rapport des magistrats de la Cour des comptes en 2010. D’emblée, le juge d’instruction, Mohamed Touileb, a écouté Hjira et Haddouch, poursuivis avec 9 co-accusés, par le parquet général pour détournement et dilapidation de deniers publics estimés à 25 millions de dirhams.

Se référant à ses propres sources, la publication arabophone indique que les deux principaux accusés se sont défendus en avançant que leur rôle se limite à s’enquérir des projets et à verser les dus aux entreprises après la signature des PV par les ingénieurs et techniciens de la division technique de la municipalité. Les deux protagonistes ont de même attiré l’attention du juge d’instruction sur le rapport du bureau d’études et du laboratoire agréé par la municipalité ainsi que sur l’approbation par les autorités de tutelle des projets réalisés. Le magistrat, poursuit Akhbar Al Yaoum, a informé les six témoins dans cette affaire des déclarations de Hjira et Haddouch.
Les témoins, qui ne sont autres que des fonctionnaires de la municipalité, ont affirmé que les travaux d’aménagement ont été effectués dans le respect total du cahier des charges, précisant que les anomalies constatées par les magistrats de la Cour des comptes n’ont pas pris en considération la date de la réalisation des travaux.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s