RABAT REJETTE LES ALLÉGATIONS «RIDICULES» DU JUGE PABLO RUZ AU SUJET D’UN «GÉNOCIDE» AU SAHARA

Réagissant aux allégations d’un juge espagnol mettant en cause onze responsables marocains dans un présumé «génocide» au Sahara, le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération dénonce une pseudo-affaire aux relents politiciens.

judge-pablo-ruz

La sortie d’un juge espagnol, Pablo Ruz pour ne pas le nommer, n’est pas restée sans réponse. Les allégations qu’il a colportées à l’encontre de onze responsables sécuritaires et militaires marocains, accusés d’avoir perpétré «un génocide» au Sahara, entre 1975 et 1991, sont «étonnantes», voire «ridicules», indique un communiqué du ministère des Affaires étrangères, diffusé ce samedi 11 avril.
«Le Royaume du Maroc a pris note, avec étonnement, d’une décision judiciaire espagnole touchant onze citoyens marocains», souligne le MAEC, en s’interrogeant sur le «timing» et la teneur de cette décision délibérément hostile au Maroc. «Il s’agit d’une tentative d’exhumer un dossier ancien, après celle de 2007, qui s’est révélée vaine et truffée d’erreurs factuelles graves et d’incohérences frôlant le ridicule», ajoute le communiqué.

Un sentiment de déjà vu ! 
Trois «ONG» sahraouies, qu’on se passe de nommer (par charité), s’étaient liguées, en mars 2007, pour déposer une plainte pour «génocide» auprès de l’Audience nationale, la plus haute juridiction espagnole. Cette plainte devait faire écho à une autre déposée par un ex-détenu sahraoui marocain, Dahi Aguai, pour «torture» contre l’ancien «ministre sahraoui de la défense», Brahim Ghali,  alors représentant du Polisario à Madrid. Ce dernier s’est alors empressé de renoncer à son poste à Madrid pour trouver une planque à Alger où il officie toujours comme «ambassadeur du Polisario»! Il ne manquera pas d’être rattrapé par ses victimes tellement elles sont nombreuses.
7 ans plus tard, revoilà Pablo Ruz qui se rappelle à notre souvenir et «exhume», comme l’indique le MAEC, une vieille plainte et propose à la plus haute juridiction en Espagne d’instruire un procès contre 11 hauts fonctionnaires marocains pour «détentions arbitraires», «disparitions forcées»,  «génocide» …

Un timing douteux
«Les semblants de corrections apportées depuis confirment le manque de crédibilité de la démarche et son caractère inique», note le MAEC, en s’étonnant du «timing choisi pour ressusciter cette affaire, à l’approche des échéances onusiennes annuelles relatives au dossier du Sahara marocain». Un timing qui en dit long sur une volonté à peine voilée de nuire à la première cause nationale, conformément à «l’agenda» de parties ouvertement hostiles à l’intégrité territoriale du royaume, en l’occurrence l’Algérie et le Polisario.
Cette décision aux relents indéniablement politiciens «renseigne amplement sur les parties, bien connues, qui sont derrière, et dévoilent leurs agendas politiques réels», dénonce le MAEC, estimant « regrettable que certains individus, aux motivations obscures et en quête de gloire personnelle, mettent leurs responsabilités au sein du système judiciaire espagnol, au service de manigances ciblant la relation bilatérale maroco-espagnole, qui traverse, aujourd’hui, une de ses phases les plus sereines et les plus prometteuses».
En se tenant «disposé à coopérer avec les autorités espagnoles pour démontrer le caractère infondé de ces accusations », le Maroc réaffirme son « refus de principe » de toute poursuite judiciaire contre des citoyens marocains à l’étranger pour des faits supposés avoir été commis sur le territoire national et qui demeurent du ressort de la justice marocaine, précise le MAEC.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s